L'association AME d’ASIE a pour but de venir en Aide aux Minorités Ethniques d'ASIE dans le domaine de l'éducation, des soins, de l'alimentation, de la culture et du divertissement. Elle s'attache à aider plus particulièrement les enfants des villages reculés et les orphelins chez qui l'aide humanitaire des grandes organisations n'arrive pas. Elle entend aussi favoriser le rapprochement des enfants avec leurs parents biologiques en maintenant le contact et le soutien.Nos actions sont essentiellement axées sur 3 populations d'enfants Les enfants des rues A Phnom Penh, 10 000 enfants passent leurs journées dans la rue à fouiller les détritus. Ils sont sujets à des violences physiques et morales de toutes sortes : maladies, prostitution, drogues… Le gouvernement cambodgien n'est pas en mesure de faire face Les enfants des villages éloignés Sur place 2 personnes entièrement bénévoles, parcourent les campagnes pour distribuer de l’aide auprès des enfants des villages trop éloignés et pas assez importants pour les grandes ONG.Les enfants chiffonniers Dans la décharge de Phnom Penh, les gamins arrivent à 5h du matin pour se jeter sous les camions qui vident leur benne. L'odeur y est pestilentielle, il n'y a rien de comparable. Pendant leur break lunch entre 11h30/14h30 nous en profiterons pour leur donner un petit repas, la composition du repas est variable suivant les moyens que nous avons pour les acheter, nous soignons leurs blessures car ces enfants ont souvent de vilaines plaies. Nous achetons également des vêtements pour les moins de 10 ans, les tout petits étant très souvent nus. .

Reportage photos 2014
2002 2003 2004 2005
2006 2007 2008 2009
2010 2011 2012 2013

Chers donateurs MERCI pour votre soutien depuis 12 ans.

Une nouvelle fois du banquet de l’école de Kampong Kabrey n’a pas pu avoir lieu.

En effet, au fil des années nos moyens sont de plus en plus faibles et la détresse des enfants de plus en plus grande.

Les gens sont de moins en moins sensible peut être est-ce du aux images que l'on passe en boucle sur les chaines de télévision.

Petit à petit on trouve normal qu'il y ait des enfants qui souffrent et mœurs alors qu'il suffirait de rien pour les sauver.

Et puis ils sont loin de chez nous, nous ne croiserons jamais leur route.

Faute de moyen nous avons donc préféré nous concentrer sur les enfants des rues et les enfants chiffonniers de Phnom Penh.

 

Première action au sein des enfants de la décharge.

L'ancienne décharge a fermé mais ils œuvrent toujours là, sur la nouvelle décharge.

Avec un peu plus de fatigue causée par le déplacement depuis l'ancienne décharge vers la nouvelle. Avec un peu moins de bénéfice causée par l'obligation de payé le transport en charette.

Un peu plus exploité par des revendeurs sans scrupule qui leur rachète de moins en moins cher leur plastique. De 80 centimes par jour leur gain est passée à 60 centimes les bons jours.

Ce n'est pas les quelques soins que nous leur prodiguons pour les soulager ni les quelques galettes que nous leur offrons qui va les sortir de leur misère.

Deuxième action les enfants des rues de Phnom Penh

Rien de nouveau pour eux ils sont toujours là, livrés à eux même. Seuls et désespérés sans protection,

toujours dans la rue de Phnom Penh à fouiller les détritus.

toujours sujets à des violences physiques et morales de toutes sortes : maladies, prostitution, drogues…

Comme tout au long de l'année, avec nos moyens de plus en plus faibles,  nous leur offrons un petit répit en nous efforçant à soigner leurs petites plaies et en leur apportant de la nourriture.

 

 

Association d'Aide aux Minorités Ethniques D'ASIE